Connecty-appel à projets-« Créer avec l’Europe » (Be Spectative!2)

Connecty est une performance de danse participative « activée » en direct par le public via leurs smartphones. L’ensemble des gestes, actions, qualités de mouvements et l’organisation du scénario chorégraphique sont conduits par le public participant.

Médias audio visuels pour le projet

Projet prototype de référence pour Connecty > https://vimeo.com/211461941

Courte animation de photos > https://vimeo.com/403227043

Photos prototype >
https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty01.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/photo_public-connecty-animation.1280.jpg
https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty03.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty09.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty10.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty06.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty04.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty08.1920.jpg

https://www.k-danse.net/wp-content/uploads/2020/04/connecty05.1920.jpg

Note d’intention

Connecty est une performance de danse participative et interactive « activée » en direct par le public via leurs smartphones.

L’ensemble des gestes, des actions, des qualités de mouvements et l’organisation du scénario chorégraphique est entièrement conduit par le public participant.

A partir d’une application créée spécialement pour l’occasion (utilisable en réseau local) le public interagit avec ce qui se déroule sur le plateau (ou tout autre espace) via des choix effectués sur leurs téléphones, des textes écrits par eux-mêmes (quelque soit la langue) et vidéo projetés, l’activation de projecteurs de lumière qui induisent des qualités d’être et des actions scéniques.

La performance est élaborée avec la complicité du chorégraphe Jean-Marc Matos, l’artiste numérique Arnaud Courcelle, l’ensemble des danseur.es performeur.es impliqués (nombre variable selon le contexte) et le musicien Emmanuel Mondolfo.

De plus les acteurs scéniques (danseurs, comédiens, circassiens, etc.) peuvent eux-mêmes être des membres du public participant, « instruits » au préalable dans le cadre d’ateliers créatifs et inclusifs (ouverts à tout âge, tout niveau technique, toute discipline corporelle, toute esthétique de danse) via un « appel à complices artistiques ».

Il s’agit d’un concept innovant de connective-jying créé par Arnaud Courcelle, lequel propose des dispositifs audio-visuels, vidéo projetés, mis en lumière et en espace, et en interaction permanente avec le public par le biais des smartphones.

Ce projet propose ainsi une réflexion sur l’esthétique de masse et la responsabilisation du public face à une œuvre collective. Le terrain de jeu est alors un perpétuel échange entre des acteurs numériques et des acteurs physiques (danseurs, performeurs, musiciens).

Il met l’accent sur la communication non verbale et le principe de commande à distance de corps en mouvement via la téléphonie mobile.

Le public est situé face à une sorte « d’aquarium », le mettant en position de spectateur et d’acteur d’une scénographie proche de l’anthropozoologie.

Connecty peut être adapté à tout autre espace extérieur, en milieu urbain ou naturel, et sur un plateau de théâtre. Demandes techniques : voir fiche jointe (seul un mur de fond ou une façade).

Place du participatif

Jean-Marc Matos (concepteur, chorégraphe), en partenariat avec plusieurs proches collaborateurs, travaille sur les problématiques de l’écriture de dramaturgies interactives, notamment autour de projets à dimension participative qui interrogent les relations spectateurs-danseurs-environnement (exemples et extraits vidéo : Metaphorá, Narcissus Reflected, RCO, les installations interactives (in)tact et BodyFail, Fées3).

RCO est une performance chorégraphique participative dans laquelle le déroulé ainsi que la composition même évoluent entièrement en fonction du comportement physique du public ainsi que de leur participation par leur interaction avec leurs téléphones portables. Le public, à désir, active des règles qu’il découvre au fur et à mesure.
Le public est à la fois invité par les danseurs à entrer en danse et en même temps des messages-invitations lui sont envoyés, grâce à un réseau de téléphonie mobile local (que nous fournissons), sur leurs smartphones.

Dans Narcissus Reflected, il s’agit d’une confrontation ludique entre les valeurs judéo-chrétiennes ancrées dans notre culture et les nouvelles valeurs de notre société individualiste qui légitime le narcissisme et le culte de soi. L’interaction est permanente avec le public par le biais de leurs smartphones.
Le public est amené à noter les danseurs, choisir l’ordre des séquences chorégraphiques, intervenir directement dans l’action sur scène, infléchir l’évolution du spectacle.
Le projet interroge notre rapport aux technologies du quotidien, notre assujettissement aux « miroirs noirs » qui occupent tant notre vie, nos relations, nos identités numériques.

Dans Metaphorá et Fées3 les danseurs entrent en contact directement avec le public et leur font vivre une expérience de proximité qui abolit la frontière spectateurs-danseurs, danseurs amateurs-danseurs experts.

Dans les installations interactives (in)tact et BodyFail le public participe de l’œuvre qui ne vit que par son implication physique directe, bien que médiées par des performeurs dont le seul but de danser est de donner envie au public de danser eux-mêmes ou du moins de s’approprier du dispositif pour qu’ils le vivent à leur façon.

Pour Connecty un cercle de public participant « complice » est rencontré lors de séances introductives, puis de séances pratiques pendant lesquelles il prend plaisir à apprendre des gestes simples intégrables dans la chorégraphie, et enfin lors de séances de répétitions spécialement adaptées avec la Compagnie pendant lesquelles il s’approprie les règles de jeu inhérentes au spectacle interactif : celles proposées physiquement au futur public dont il constitue « l’avant garde » et celles envoyées sous forme d’invitations sur les téléphones portables. Il prend part ainsi « de l’intérieur » à la réalisation de l’œuvre in situ.

Intérêt pour des espaces non dédiés

Connecty s’inscrit dans la continuité des parcours d’écritures chorégraphiques conçus par
K. Danse pour des lieux publics autant en intérieur qu’en extérieur développés depuis plusieurs années et dont voici quelques exemples : créations originales pour

La Cité de l’espace en juillet 2019 voir les extraits vidéo, Le Musée les Abattoirs de Toulouse et l’ancien Grenier à sel en Avignon en 2018, L’Eglise des Lépreux et anciennes sources de la Grand Font à Angoulême en 2016 voir les extraits vidéo, Le Parc-Château de Laréole voir les extraits vidéo et le Musée du Gant de Millau en 2015 voir les extraits vidéo, L’abbaye de l’Escaladieu en 2015 voir les extraits vidéo , Le Parc Régional des Grands Causses en Aveyron voir les extraits vidéo et la Cité de l’espace à Toulouse en 2012 voir les extraits vidéo, Le Centre d’Art Le Majorat en 2011 voir les extraits vidéo, La salle d’exposition du Centre culturel Bellegarde, Toulouse en 2009 voir les extraits vidéo, La salle des fêtes pour le Festival de rue de Ramonville en 2008 voir les extraits vidéo, Le Centre d’Art Maison Salvan de Labège en 2007 et 2009 voir les extraits vidéo, Le village de Nuzejouls en 2005 voir les extraits vidéo, Le Parc André Abbal de Carbone en 2002 voir les extraits vidéo, etc.

La Compagnie K. Danse choisit souvent d’investir, par la danse et par l’image vidéo (en situation nocturne) en projection mappée sur les éléments urbains, des lieux paysages forts que peuvent être des façades, des ruelles de village, des parcs, des installations futuristes, des salles de spectacle non conventionnelles type salle des fêtes, espace d’exposition, musée, hangar, etc. pour imaginer à chaque fois des projets uniques, in situ.

Par la thématique proposée il nous importe de pouvoir invoquer l’esprit des lieux et du paysage pour nourrir les plaisirs du corps, et embarquer le public dans une balade poétique pour vivre et pratiquer l’espace subtil des relations sociales, percevoir une autre modernité urbaine et rurale, appréhender la beauté d’un lieu sous d’autres formes : chorégraphique, musicale et numérique.
Une invitation au voyage où le corps humain et ses potentialités en sont l’axe privilégié.

Références vidéos de projets passés

RCO (cour d’immeuble en extérieur) https://vimeo.com/375388778

RCO (cité de l’espace, Toulouse) https://vimeo.com/359647099

RCO (espace intérieur) https://vimeo.com/222166447

Narcissus Reflected https://vimeo.com/226584598

Fées3 (séquence participative) https://vimeo.com/211370661

(in)tact (installation) https://vimeo.com/188477609