Narcissus Reflected

Création 2017 avec Arnaud Courcelle

Spectacle de danse participatif via smartphones   vidéo 10 mn    teaser     site Arts de la Scène        dossier complet

Présentation à venir : 16 février 2018, Théâtre Roguet, Toulouse

Confrontation ludique entre les valeurs judéo-chrétiennes ancrées dans notre culture et les nouvelles valeurs de notre société individualiste qui légitime le narcissisme et le culte de soi.
Interaction permanente avec le public par le biais de leurs smartphones.

Chorégraphie : Anne Holst & Jean-Marc Matos
Scénographie numérique, conception du dispositif participatif : Arnaud Courcelle
Danseurs-performeurs, partenaires de création : Fabien Gautier & Marianne Masson
Compositeur : Emmanuel Mondolfo
Création lumières : Yarol Stuber

Premières présentations :
28 et 29 avril 2017, Théâtre Le Ring, Toulouse
16 juin 2017, Théâtre Marcel Pagnol (Villeneuve-Tolosane)

Photos : Fabien Le Prieult
Tournage vidéo : Claude Jeanmart, Emmanuel Rufié
Accueils en résidence et soutiens : Théâtre Le Ring, Toulouse – CDC, Toulouse – École d’éducation Artistique, Tournefeuille – Théâtre Marcel Pagnol, Villeneuve-Tolosane.

Dossier complet

Avec ce spectacle, est abordée de manière ludique la question de nos valeurs et de la morale de notre société qui ont été bousculées petit à petit avec la mise en avant de l’individualisme; Narcisse a remplacé Œdipe et balayé le sentiment de culpabilité en le remplaçant par la construction de l’identité et de l’image de soi; l’être arrogant, fragile.

Nous voulons créer un clash, une dialectique, entre humilité et nouvelles valeurs d’aujourd’hui. Nous utilisons d’une part, dans le rapport au public participatif, une technologie de connexion via smartphones qui permet de faire des choix, de « voter » pour les danseurs, de s’impliquer directement dans l’action scénique, et d’autre part un principe de répétition, comme modalité de composition chorégraphique. Les interprètes répètent leurs gestes de manière à chaque fois différente sans être conscients du pourquoi.

Une même séquence de base peut se transformer en chute, en bagarre haineuse, en expression de paresse ou de vanité, en excitation joyeuse. La répétition pointe vers l’universalité du désir de sens, ce vide que l’on cherche constamment à remplir. La quête d’un insaisissable.

Le projet interroge notre rapport aux technologies du quotidien, notre assujettissement aux « miroirs noirs » qui occupent tant notre vie, nos relations, nos identités numériques.